Province Émilie-Gamelin

Femmes au cœur attentif et porteuses d’espérance, les Sœurs de la Providence se consacrent avec compassion à soulager ceux et celles qui en ont besoin dans ce monde en évolution.

La Communauté des Sœurs de la Providence, fondée en 1843, n’a pas été établie en Provinces (régions) immédiatement. C’est au fil des années et selon les besoins que des provinces sont nées.

La première province, en 1887, avait pour nom Notre-Dame des Douleurs

Jusqu’à 2005, six provinces ont été établies pour le Québec, l’Est des USA, le Cameroun, Haïti et l’Égypte.

Depuis 2005, elles sont regroupées sous le nom de Province Émilie-Gamelin pour le même territoire.

La Province Émilie-Gamelin comprend, au 30 avril 2017, 254 sœurs et 5 sœurs à voeux temporaires et 6 soeurs de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Elles y poursuivent la mission de leur fondatrice par diverses œuvres en fonction des besoins qui existent dans leur milieu.

 Pour de plus amples renseignements voir:    http://www.providenceintl.org

-------

Courte Biographie d’Émilie Tavernier-Gamelin, fondatrice des sœurs de la Providence

ÉMILIE, JEUNE FILLE

 Émilie naît à Montréal, Canada, le 19 février 1800, sur un terrain qui a nom « Terre Providence ». Elle est la 15e des enfants mais quelques-uns seulement ont survécu. Son père, Antoine Tavernier, cultive un verger, en fait le commerce et fabrique également des charrettes. Un jour, elle montre à sa maman un mendiant qui n’a rien à manger : « Nous allons lui offrir une partie de notre repas », lui dit sa maman. « Il lui en faut encore plus, réplique Émilie, je vais lui donner tous les fruits que j’ai cueillis aujourd’hui, je veux que son sac soit rempli ».

Emilie perd sa mère alors qu’elle n’a que 4 ans et son père, quand elle a 16 ans. Elle avait été initiée très tôt à l’amour des pauvres par ses parents; son éducation sera continuée par l’une de ses tantes et par les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame. Selon les documents du temps, Emilie émerge par son dévouement, par son sens des responsabilités, ses bonnes manières et son esprit de service toujours en éveil.

A 20 ans, on la retrouve à Québec pour venir en aide à une cousine; elle manifeste de l’esprit d’initiative, un respect des valeurs chrétiennes, un sens des affaires et un amour du pauvre qui grandit chaque jour, prenant contact avec ceux qui souffrent et qui sont dans le besoin.

ÉPOUSE ET MÈRE

A 23 ans, Emilie épouse Jean-Baptiste Gamelin, à l’église Notre- Dame de Montréal. Son époux est animé du même amour des démunis et la pauvreté est grande à cette époque.

Ils ont la même vision par rapport aux pauvres. Ils croient à la Providence mais de plus, ils sont eux-mêmes Providence

Trois garçons naissent de cette union mais ce bonheur est de courte durée car les trois enfants meurent en bas âge et Jean-Baptiste partira à son tour alors qu’Émilie n’a que 27 ans. En mourant, son époux lui confie un jeune idiot qu’ils avaient adopté comme leur fils. Ce malade sera la pierre fondamentale de l’œuvre charitable d’Émilie Tavernier-Gamelin.

ANNÉES APOSTOLIQUES

Mme Gamelin, devenue veuve, trouve force et consolation près de la Vierge des Douleurs ce qui l’achemine vers les associations charitables et tous ceux qui souffrent; elle refuse un second mariage pour garder son cœur et ses mains libres pour ceux et celles qui sont dans le besoin. Pendant des années, Émilie donnera son temps, sa santé, ses biens, ouvrira des maisons pour répondre à des besoins, trouvant sa force dans la Providence qu’elle aime et fait aimer.

Elle accueillera jusqu’à 32 dames âgées et malades, dans sa maison. Elle rendra de nombreuses visites aux prisonniers politiques, à la prison Aux-Pieds-du-Courant, à Montréal, leur apportant des nouvelles des familles, des aliments, des vêtements, et priera avec eux jusqu’à la veille de leur exécution. Elle recevra même d’un prisonnier une lettre pour son épouse et une autre pour ses compatriotes.

Vierge des Douleurs, visites aux pauvres, malades dans sa maison, visites des prisonniers.

RELIGIEUSE

Afin de perpétuer l’œuvre charitable de Madame Gamelin, l’évêque de Montréal, Mgr Ignace Bourget, décide de la confier à une communauté religieuse de France, les Filles de la Charité. Madame Gamelin seconde le projet de son évêque et une maison se construit pour recevoir cette communauté. L’Asile de la Providence est presque achevé quand les Sœurs de France renoncent au projet. Mgr Bourget décide alors de fonder une communauté à Montréal. Madame Gamelin se sent appelée à ce nouveau dépassement et le 29 mars 1844 elle prononce ses vœux en même temps que six autres dames tandis que Mgr Bourget érige, selon les règles, l’Institut que le peuple nomme «Providence» parce que, depuis longtemps, il a vu Madame Gamelin se faire «providence» pour les démunis.

Au lendemain de son entrée dans la Communauté, Mgr Bourget l’envoie aux États-Unis pour connaître les Règles de St-Vincent-de-Paul qui serviront d’inspiration à la spiritualité des Sœurs de la Providence.

Animée de compassion, femme forte en dépit de ses multiples épreuves, Mère Gamelin continue de se donner sans compter. Son œuvre ne cessera pas de grandir : soin des personnes âgées, des malades, des immigrés, des orphelins, des sourdes, des handicapés mentaux, etc… Que de pauvres et de souffrants seront par elle réconfortés!

Mère Gamelin ne vivra que 7 ans en Communauté. Le 23 septembre 1851, l’épidémie du choléra l’emporte après 12 heures de maladie nous laissant l’héritage de son grand amour pour les pauvres.

 Pour connaître davantage Émilie Gamelin:

http://www.sprovidencegamelin.com/home/propos-de-nous/notre-histoire/emilie-gamelin/

Asile de la Providence 

Siège de la Province Notre-Dame - des -Sept- Douleurs à partir de 1887

Quelques-unes des maisons ayant appartenu

aux différentes provinces.


A voir sur:    https://www.flickr.com/photos/heritagedemiliegamelinpeg


----------------------------------------------------------------------------------------------------            

À voir absolument :

François Nadeau à Radio Canada: s.v.p.cliquer          

 

     http://ici.radio-canada.ca/emissions/le_15_18/2015-2016

      /chronique.asp?idChronique=394759


---------------------------------------------------------------------------------------------------